Ma candidature est d’abord celle d’un projet pour notre territoire, d’un chantier entamé en 2012 qu’il faut poursuivre pour maintenir nos services publicsredynamiser nos entreprises et imposer l’intérêt des habitants de ce territoire au sein d’une région lyonnaise en pleine mutation. Nous avons entre autres maintenu le tribunal de Vienne, développé les moyens dans nos écoles, renforcé nos effectifs de police et les moyens de la gendarmerie mais aussi favorisé l’emploi local et accru la protection de nos aînés.

Mais, ma candidature est aussi celle devaleurs progressistes et humanistes que j’ai portées dans des combats pour le mariage pour tous, la reconnaissance de toutes les formes de familles ou le droit au séjour des étrangers qui vivent dans notre pays. Des valeurs qui sont plus que jamais menacées par la montée des populismes et des nationalismes dans toute l’Europe et le monde.

Enfin, c’est une candidature pour la proximité et le changement des pratiques politiques. Je souhaite associer toujours plus les citoyens comme je l’ai fait lors des états généraux ou de la commission indépendante que j’ai mise en place pour répartir les subventions de ma réserve parlementaire. C’est aussi parce que j’ai une conception exigeante de la responsabilité des élus que je reçois systématiquement tous ceux qui le souhaitent à ma permanence parlementaire de Vienne. 

Ce projet est construit autour d’un fil conducteur tenu depuis 2012il n’a pas changé et je ne dévierai pas. Ce fil conducteur est notre intérêt commun, celui de notre territoire et en premier lieu celui de ses habitants les plus fragiles. C’est pour le défendre que je continuerai à porter une voix forteune voix qui pèse à Paris comme en Isère.

Je vous propose de retrouver les grandes lignes qui fondent ma candidature à un nouveau mandat :