Le Département siégeait hier en séance plénière pour adopter les ajustements financiers sur le Budget 2017. Cette « décision modificative » permet en cours d’année d’adapter le budget primitif adopté pour l’année, en fonction des évolutions de son exécution ; des dépenses en moins par ci, des coûts supplémentaires par là.

Avec le groupe socialiste je me suis opposé à cette décision modificative. D’abord en cohérence avec notre opposition formulée en décembre dernier sur le budget proposé par la majorité LR. Ensuite parce que cette décision corrige le budget à hauteur de 39 millions d’Euros !

Les principaux ajustements à la baisse concernent les politiques les plus utiles, les plus proches des préoccupations quotidiennes des Isérois et de l’Isère.

En matière sociale,

  • – 1, 65 Millions€ pour la politique enfance/famille ;
  • –4,3 Millions€ pour la politique insertion sociale ;
  • -1,5 Millions€ pour l’autonomie (politique consacrées aux personnes âgées en perte d’autonomie) ;
  • –700 000 € pour le fonds solidarité logement ;
  • – 425 000€ pour l’accompagnement des jeunes

En matière environnementale,

  • – 900 000 € sur la politique de l’eau ;
  • – 5,3 M€ pour notre politique envers les espaces naturels sensibles ;

En matière de réseaux et transports collectifs :

  • – 1, 28 M€ sur l’investissement au profit de l’aéroport de Grenoble Isère;
  • – 2,6 M€ pour la politique ferroviaire ;
  • – 12,5 M€ pour le développement du très haut débit.

A la lecture du delta entre le budget prévisionnel et le budget réalisé, soit la droite utilise le budget primitif comme un document de communication, soit elle est dans l’incapacité de réaliser ce qu’elle promet.

Des modifications s’imposent comme par exemple la moindre dépense du budget consacré au versement de l’allocation RSA (de l’ordre de 3,7 millions). On peut s’en réjouir s’il s’agit d’une sortie plus importante des allocataires RSA.

Mais d’autres posent question. Lorsque l’on rend une très grande partie du budget sur des politiques qui ont été annoncées à grands renfort de communication, on est en droit de s’interroger. Rendre 12,5 millions sur l’équipement du département en très haut débit ne remet-il pas en cause la résolution du Département à déployer la fibre en Isère ? Rendre 1,75 Millions€ d’investissements sur les établissements d’accueil des jeunes enfants (alors que le budget initial était de 3 millions…) ne démontre-t-il pas l’incapacité à mettre en œuvre les politiques claironnées quelques mois plus tôt ?

En modifiant amplement en octobre, le budget adopté quelques mois auparavant, cette décision modificative montre deux choses.

Primo, elle confirme que la réputation de bonne gestionnaire, entretenue par la droite sur elle même, n’est qu’une supercherie.

Secundo, elle souligne que la politique menée par la majorité du Département, et proclamée chaque année au moment du budget, est en grande partie un trompe l’œil.