capture-decran-2016-12-07-a-12-14-27Ministre de l’éducation de Jacques Chirac, Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon porte une lourde responsabilité dans l’érosion du système éducatif français. À rebours de tous les pays qui réussissent, il a réduit l’investissement éducatif, supprimé des milliers de postes d’enseignants, mis fin à leur formation, saccagé les rythmes scolaires par la suppression sans concertation des cours le samedi matin…. Les résultats s’en font sentir encore aujourd’hui avec une baisse du niveau général, un nombre record de décrocheurs et la chute de notre système éducatif dans les classements internationaux. Les résultats « PISA » qui viennent d’être publiés en sont le parfait témoignage, tout comme l’étude qui avait la semaine dernière révélé le retard des élèves français en mathématique.

Pour l’avenir, le projet développé par François Fillon met fin à la priorité que nous avons voulue pour l’éducation . Premier budget de l’État, l’école sera la première victime du plan d’économies de 100 milliards de dépense publique envisagé. Pour combler les trous, Fillon ressort les promesses habituelles de la droite difficiles à mettre en oeuvre: augmentation du temps de travail des profs et instauration du salaire au mérite à ceux qui assurent plus d’heures de cours. La promesse d’autonomie des établissements avec liberté de recrutement des enseignants sera impraticable dans ce contexte de paupérisation.

Le programme de François Fillon en matière éducative aborde l’orientation par un triage dur des élèves de l’école jusqu’à l’université. Les élèves ne pourront pas aller au collège tant qu’ils ne maîtrisent pas les « fondamentaux », ce qui risque de leur être préjudiciable puisque la mesure est corrélée avec la disparition du collège unique, de l’instauration de l’apprentissage dès 14 ans et le rétablissement du brevet comme examen de passage au lycée. Ceux qui ont la chance d’arriver au Bac se heurteront au pouvoir donné aux universités de refuser des élèves : « je propose qu’on sélectionne les élèves à l’université sur les résultats du baccalauréat » a indiqué François Fillon lors du troisième débat de la primaire. Pire, le candidat LR prône le retour d’une école disciplinaire avec le port de l’uniforme, la réécriture des programmes d’histoire « qui apprennent à avoir honte de la France » ou encore la suppression des allocations familiales en cas d’absentéisme ou de mauvais comportement. Tout cela sur fond de culpabilisation des pédagogues, tenus responsables de tous les maux de l’école.

Le programme éducatif de François Fillon ressort les poncifs et les vieilles recettes de l’ignorance: Une école trop chère, trop mélangée qu’il faut faire maigrir dans ses moyens et dans ses ambitions. « Vous trouvez que l’école coûte trop chère. Essayez l’ignorance ! » disait Abraham Lincoln…