J’ai eu le plaisir d’être invité à l’Élysée ce matin pour le lancement du nouveau plan de mobilisation contre les discriminations envers les LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuels et Transsexuels) aux côtés des acteurs et actrices engagés dans ce combat. Ce plan est venu rejoindre le vaste champ des politiques publiques de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et pour l’égalité femmes-hommes.

François Hollande a profité de son discours pour tirer le bilan du quinquennat en matière de droits LGBT. Il se résume à deux chiffres : en 2012, la France était le 27ème pays du continent concernant ces droits selon l’ONG « ILGA ». Elle est désormais 8ème. « Il a dû se passer quelque chose en 2012 pour que la France avance si loin, si vite » ironisa le Président de la République dans son intervention.

Des avancées initiées au Parlement notamment avec la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe du 17 mai 2013 dont je fus le rapporteur à l’Assemblée nationale, ou encore l’amendement facilitant le changement de la mention du sexe sur l’état civil, déposé conjointement avec Pascale Crozon et adopté dans la loi de modernisation de la justice du XXIème siècle du 19 novembre 2016.

Il en a également profité pour évoquer les « combats à mener » avec une feuille de route déjà bien établie : l’ouverture de la PMA pour les couples de femmes et les femmes seules, la reconnaissance des enfants nés par GPA, l’interdiction des opérations chirurgicales pour les enfants intersexes, la consécration d’un lieu de mémoire pour toutes les victimes des violences anti-LGBT ainsi qu’une implication plus grande de la France au plan international pour la reconnaissance de ces droits.

Une feuille de route qui a d’ailleurs déjà été intégrée dans les programmes de trois candidats à l’élection présidentielle : Jean-Luc Mélenchon, Benoit Hamon, Emmanuel Macron.

Une fois de plus la Gauche aura marqué l’Histoire durant ce quinquennat avec ces avancées sur lesquelles personne ne reviendra et qui, je l’espère, seront prolongées durant la prochaine législature.